JAKY+THEO un projet de peinture à 4 mains et deux têtes :

Jaky vient du nord, Theo vient du sud. Il vacille entre Marseille et sa maison de campagne en Auvergne-Rhône-Alpes. Elle vient de Normandie mais persiste à habiter à Paris. Jaky La Brune et Theo Vonwood se sont rencontrés par le biais de fanzines auxquels ils ont participé individuellement, tels que « Banzaï » édité par Mad Séries, « Gonzine » par Sarah Fisthole « SSSXXX » par Gabriel Delmas, ou encore « Abysse » par le collectif Karbone. Chacun de leur côté, ils se nourrissent d’expériences en s’aventurant dans des résidences d’artistes à l’étranger : Theo voyage en Slovénie, Croatie et Serbie pendant que Jaky s’isole en Finlande. De retour de leurs péripéties enrichissantes, ils se rencontrent et décident de réaliser une grande peinture ensemble qui s’intitulera « Aurore Tropicale » (Paris, été 2019). À la suite de cette première collaboration, ils ont très vite voulu renouveler l’expérience sentant une énergie nouvelle les submerger. Fin septembre 2019, Jaky rejoint Theo pour une résidence en pleine nature dans le Bugey. Ils produisent plusieurs toiles, tout en cultivant cette liberté créative qui les anime. Même s’il est très important pour eux de peindre ensemble au même instant, la distance ne permet pas une très grande souplesse dans leur emploi du temps. C’est là que le projet « Correspondance » voit le jour : comme d’autres artistes ont pu le faire auparavant, ils continuent à travailler ensemble à distance. Toutes les semaines, l’un et l’autre s’envoient des peintures inachevées pour que l’autre les termine. De nouvelles émotions alimentent leurs oeuvres et stimulent leur imagination. « Il est rare dans l’art de connaître des connexions si particulières. Il est important pour nous de préserver cette évasion créative et imaginative, loin des réalités qu’on nous oppose. »

« Les flammes de l’enfer ne peuvent résister à l’eau pure et pourtant elles se chamaillent ici et tentent quoiqu’il en coûte de faire chavirer les coeurs. OEIL POUR OEIL, dent pour dent, fesse contre fesse. Au centre des villes en ruine, la grande comédie de l’effondrement se joue : le COLLAPSE. Mais tout au fond là bas, dans la forêt un OGRE résiste lui aussi. Il sait qu’au bout du chemin sombre, humide et froid, les restes de végétations font place aux rayons de lumière du soleil vert. Sous l’emprise de sa dualité, sale et des contradictions propres à la condition humaine il sait au fond de lui que l’indépendance et le partage ne sont pas incompatibles. Les ombres dansent secouées par la flamme des bougies. Au milieu de la jungle où les AURORES TROPICALES se font rares et précieuses, le TIGRE ACCROUPI ET LE DRAGON CACHÉ s’affrontent. Un combat sensuel et sexuel se joue ici bas…la chorégraphie de la séduction est en route, entourée de cactus des plus démoniaques et dangereux. Sur le sol gisent des carcasses d’hommes et d’animaux dont seuls quelques os nous laissent percevoir l’anatomie. Sous nos yeux se dévoile une scène dévastée post-atomique. Est-ce la fin ou le début ? ANATOMIC ! J’entends au loin un petit singe crier « MAMAN !!! » Maman centre de l’univers, mère de tous les êtres vivants de la chaire à la poussière d’étoile. Certaines rencontres sont faites pour exister. Certaines rencontres sont les derniers témoins de l’Amour ici-bas. Peut-être même en sont-elles les gardiennes ?
Les roues du destin s’emballent, les aiguilles du temps se trompent de sens. Les fleuves débordent de leur lit , des larmes de sang, de bonheur, de joie et de tristesse dégoulinent de tous nos orifices comme la pluie qui vient rincer nos âmes perdues, confuses, généreuses, maladroites, convaincues, espérant encore et toujours qu’il se passe quelque chose de nouveau face au néant. »

theo.